• Voici dans quel état Allan a mis sa chambre hier soir....Il faut que je me replonge dans mon bouquin "je veux devenir moine zen" !! ;-)

    P1060470
    P1060471
    P1060472

    votre commentaire
  •  

    Plan autisme III : le gouvernement fixe le cap

    lequotidiendumedecin.fr 03/04/2012
      Imprimer  Envoyer par email
     
    S. TOUBON
    Roselyne Bachelot a présenté mardi en Conseil des ministres les grandes orientations du nouveau plan autisme 2013-2015 qui sera élaboré cette année par le gouvernement en concertation avec l’ensemble des parties prenantes réunies au sein du Comité national de l’autisme.

    Le chantier du nouveau plan autisme 2013-2015 est lancé. Mardi, en Conseil des ministres, Roselyne Bachelot a présenté les grandes orientations arrêtées par les gouvernements. « Intensifier la recherche sur l’autisme dans toutes les disciplines pour faire progresser l’état des connaissances et les pratiques » est la première priorité mise en avant.« Une veille sera assurée pour actualiser régulièrement le socle des connaissances et les recommandations de bonnes pratiques », indique la ministre des Solidarités et de la Cohésion sociale. « La France demandera que la recherche sur les troubles autistiques et apparentés soit placée dans les priorités européennes de recherche "Horizon 2012" », ajoute-t-elle.

    L’amélioration du diagnostic et de l’accompagnement global des personnes autistes constitue l’autre grande orientation. « Le plan prévoira des mesures pour accélérer l’accès au diagnostic, en renforçant le rôle pivot des centres de ressources autisme, et développer des prises en charge précoces », explique Roselyne Bachelot. En outre,« l’offre de soin et d’accompagnement devra évoluer pour se conformer aux recommandations de la Haute Autorité de santé (HAS) ». De nouveaux objectifs de développement de l’offre de soins seront poséset« 1000 places supplémentaires seront d’ores et déjà créées en 2012-2013 », a fait savoir Roselyne Bachelot. « Une réflexion devra être menée sur les personnes autistes hospitalisées au long cours de façon inadéquate afin de leur proposer des solutions adaptées », poursuit la ministre.

    Former les professionnels

    Une attention particulière sera portée aux besoins des aidants et à la défense des droits des personnes autistes. « Nul ne peut accepter qu’aujourd’hui en France perdurent des traitements qui ne seraient pas respectueux de la dignité et des droits des personnes », avait martelé en février dernier le Premier ministre François Fillon lors du lancement officiel de la grande cause nationale 2012 où fut annoncé ce plan. Le troisième plan autisme aura également pour objectif d’améliorer la scolarisation des enfants autistes dans le cadre d’une prise en charge globale.

    Il devra enfin « renforcer la formation, l’information et la sensibilisation sur l’autisme ». Les modalités de déploiement de nouveaux programmes de formation à destination des professionnels de santé, de l’accompagnement et des personnels de l’éducation nationale seront identifiées avec les universités et les organismes spécialisés. L’élaboration du plan 2013-2015 sera menée en concertation avec l’ensemble des parties prenantes représentées au sein du Comité national de l’autisme (CNA), lancé en le 14 mars dernier par Roselyne Bachelot et présidée par Thierry Dieuleveux, secrétaire général du Comité Interministériel du handicap (CIH).


    votre commentaire
  • A l'occasion de la journée mondiale de l'autisme, j'ai été interviewé par Sud Radio :

     


    votre commentaire
  • Il y a environ 6 mois, il m'a été soulevé un problème par les intervenants, qui a pris aujourd'hui des proportions incroyables...

    Lorsque Futuroschool Paris à obtenu l'autorisation de financement du ministère il y a plusieurs années maintenant, la DASS (qui s'appelle l'ARS aujourd'hui) a exigé de la part de l'association qu'elle choisisse entre la convention 51 ou la convention 66. Dans l'urgence (tout devait être bouclé lors d'une réunion un soir à l'ARS), l'association a choisi la convention 51.

    Dans chaque contrat de travail, de chaque salarié de l'association, que se soit au siège ou dans les Futuroschool, est stipulé "...se référer à la convention 51..."

    Un(e) des intervenants de Futuro Toulouse a un jour "épluché" la convention collective. Elle a découvert qu'ils avaient notamment droit à 3 semaines de congés supplémentaires. L'équipe m'en a fait part lors d'une réunion de Direction un mercredi matin, m'indiquant qu'ils s'étaient renseignés auprès de l'inspection du travail auprès de qui ils avaient eu confirmation qu'ils y avaient bien droit. Ce qui j'avoue m'a mis très en colère... Un problème de plus à régler... et connaissant Sajidi, c'était loin d'être gagné....

    Devant monter sur Paris pour un rdv au siège, j'ai fait part de ce problème à Sajidi, qui a bien sûr refusé catégoriquement cette demande. Et tout ceci a très vite pris une ampleur démesurée. Sajidi est specialement descendu sur Toulouse pour régler ce problème avec les intervenants. Il a organisé des rendez-vous individuels avec chacun d'entres eux, puis une réunion collective; pour leur expliquer en détail les raisons pour lesquelles il ne pouvait appliquer cette convention collective. Pour une raison économique tout d'abord (Futuro Toulouse est aujourd'hui déficitaire de 200000 € à cause de l'ARS qui ne débloque par les financements suffisants) et des raisons de fonctionnements (la convention, datant de 51.... n'est absolument pas approprié aux structures innovantes et expérimentales comme la notre, et va même à l'encontre du projet). L'association travaille donc sur une nouvelle convention pour les structures comme la notre.

    Les intervenants ne l'ont pas entendu de cette oreille et ont continué à faire valoir leur droit. Ils ont donc fait appel à l'inspection du travail qui a débarqué chez nous un matin.... Je me suis longuement entretenu au téléphone avec l'une des personne, puis Sajidi leur a également téléphoné.

    Quelques jours après, Sajidi m'a fait parvenir par mail tous les avenants au contrat de travail des intervenants que j'avais pour mission de leur faire signer..../

    Lundi 26 mars, 1 intervenante m'a annoncé qu'elle ne signerait pas le contrat. Mardi 27 mars, 5 intervenants sont venus me voir dans mon bureau pour m'annoncer qu'ils ne signeraient pas cet avenant. Mercredi 28, les 5 autres m'ont confirmé le même refus....

    J'ai donc fait part à Sajidi de la réponse des intervenants qui m'a transmis les courriers ci-dessous et m'a indiqué que dans ces conditions l'assocation se verrait dans l'obligation de se séparer de l'ensemble de l'équipe. Il leur sera donc proposé une rupture conventionnelle de contrat et s'ils refusent, ils seront licencié.

    Je organisé ce soir une réunion avec toutes les familles pour leur annoncer la nouvelle...............

     

     

     

    Voici la réponse de l'association adressée à l'inspection du travail :

     

     

     

     

     

     

     

     

     


    votre commentaire
  •  


    votre commentaire